" Nous avons beaucoup de techniciens, c’est ce qui nous a un peu facilité la tâche", dixit l’entraîneur adjoint

Auteur d’un nul (1-1) à l’aller le samedi passé à Marrakech, le Mali a validé son ticket pour la phase finale de la CAN U23 suite à sa victoire étriquée de 1 but à 0 sur les Lions Espoirs du Maroc hier mardi au compte de la manche retour du dernier tour éliminatoire de la CAN U23 Egypte 2019.

Présent à Dakar en 2015 lors de la précédente édition de cette compétition avec une élimination prématurée au premier tour, le Mali sera à nouveau présent en Egypte où se tiendra du 8 au 23 novembre 2019 la 3e  édition de la coupe d’Afrique des Nations des moins de 23 ans qualificative aux Jeux Olympiques Tokyo 2020. En novembre prochain en Egypte, les Aigles Espoirs tenteront au moins de terminer parmi les trois meilleures équipes afin de composter par la même occasion leur billet pour la phase finale des Jeux Olympiques Tokyo 2020.
Juste après cette qualification du Mali pour la phase finale de la CAN U23 aux dépends du Maroc éliminé comme c’était le cas lors de la précédente édition, l’entraineur adjoint des Aigles Espoirs, Ousmane Guindo a analysé ladite rencontre. Au micro de Footmali, le technicien malien estime que l’équipe du Maroc était difficile à jouer.‘’Il faut reconnaitre que nous sommes tombés sur une équipe marocaine qui était très difficile à manœuvrer. Ils ont carrément refusé de jouer en première période. La tactique du coach marocain était de rester regrouper derrière ensuite procéder par des contre-attaques. On a su déjouer ça. C’est vrai qu’on a eu des difficultés à développer notre système de jeu. Mais nous nous sommes procurer quelques situations de but quand même sans parvenir à marquer’’, a-t-il expliqué.

A en croire l’ancien entraineur du Stade malien de Bamako et de l’AS Police, il fallait changer la tactique en seconde période afin de pouvoir sauter le verrou marocain.‘’En deuxième période, nous avons essayé de jouer balle à terre. Au fil des minutes nous avons pu développer notre jeu par ce que nous avons beaucoup de techniciens. C’est ce qui nous a un peu facilité la tâche. Vous avez vu on a eu un jeu fluide, alléchant en deuxième période bien vrai que les Marocains balançaient le ballon. On a essayé de contrecarrer  l’adversaire. Par la suite on est parvenu à marquer un but. En football, tout est possible. Si on s’était dit que la qualification était acquise après le nul 1 but partout à l’aller, ils allaient nous piéger  au retour à Bamako. Alors on oublié le résultat de la manche aller en jouant à fond cette seconde manche. C’est ce qui nous a permis de gagner et obtenir la qualification’’, a-t-il conclu.